Puiseux-Pontoise

Puiseux-Pontoise

Les premières traces de Puiseux-Pontoise remontent à l’Antiquité. Alors situé près de la chaussée Jules-César qui reliait Paris (Lutèce) à Lillebonne (près du Havre), le village est un point de relais, un hameau doté de quelques fermes. C’est dans les années 1960, avec son intégration à la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, que Puiseux-Pontoise va vivre sa révolution.

Les terres agricoles vont progressivement disparaître, la population étant de moins en moins rurale. Le village et ses deux hameaux bénéficient de nettes améliorations. Les Puiséens pourront ainsi bénéficier d’une réfection totale du réseau d’eau potable et d’assainissement, de l’enfouissement des lignes électriques et téléphoniques. Les "corons" sont détruits en 1990, au profit de programmes de lotissements qui achèvent enfin de transformer la commune en un village "moderne".

Une grande ferme dans les champs

Avec ses 486 habitants, Puiseux-Pontoise est la plus petite commune de l'agglomération. D'abord de la taille d'une grande ferme dans les champs, puis agrandi par deux hameaux (la Briqueterie et la Jardinerie), le village a été intégré dans la dynamique de la ville nouvelle à la fin des années 60.

Ses terres agricoles ont largement disparu ; sa population n'est plus tout à fait rurale ; des équipements publics ont surgi de terre. Les "grands travaux" entrepris dès cette époque (réfection totale du réseau d'eau potable et d'assainissement, enfouissement des lignes électriques et téléphoniques, lancement des programmes de lotissements) ont permis de transformer en douceur la commune. Elle demeure un village mais bénéficie d'équipements de qualité : un complexe sportif, une nouvelle école de quatre classes, une mairie plus grande avec sa salle du conseil, une salle des fêtes.

Les activités nouvelles sont aujourd'hui partagées entre les activités industrielles, commerciales, de service et artisanales, créant ainsi un bon équilibre.

Cette profonde mutation du village s'est faite avec la coopération d'une large majorité de la population, qui reste attachée aux racines de la commune tout en vivant bien son intégration dans l'agglomération de Cergy-Pontoise.