Protéger les femmes victimes de violences

Protéger les femmes victimes de violences

La Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise soutient l'action de plusieurs associations très impliquées sur notre territoire, pour lutter contre les violences faites aux femmes, et contre toutes les formes de discriminations.

Du Côté des Femmes

L'association Du Côté des Femmes défend l'autonomie des femmes, en particulier en luttant contre les violences conjugales qu'elles subissent et en protégeant leurs enfants, le cas échéant.
Ainsi, elle propose accueil, suivi, aide à l'insertion sociale et professionnelle, et hébergement aux femmes victimes de violences.

L'association travaille également à la prévention des violences : groupes d'expression pour les enfants des femmes hébergées, actions de sensibilisation des jeunes des collèges et des lycées sur les relations garçons/ filles et les dérives violentes, participation aux groupes de paroles organisés par le Service pénitentiaire d'insertion et de probation et ESPERER 95 (Association habilitée dans la prise en charge des personnes sous main de justice en placement extérieur, sous surveillance électronique...) pour les auteurs de violences conjugales, groupes de paroles pour les femmes victimes de violences, organisation de sessions de formation/ sensibilisation auprès de divers partenaires,etc.

L'essentiel de l'activité de l'association se passe à la K'fête, lieu d'accompagnement à l'autonomie par le travail, le lien social, l'accès à la culture, aux loisirs et à la citoyenneté.
Un accueil particulier est réservé aux femmes victimes de violences conjugales. Elles bénéficient d'un accompagnement approfondi qui doit les amener à se reconnaître victimes puis actrices de leur décision.

Voix de Femmes

L'association Voix de Femmes s'est fixé comme mission plus spécifique de lutter contre le mariage forcé, l'envoi au pays sans le consentement ou encore la séquestration
Ses principales actions sont donc d'accueillir, d'écouter, d'accompagner et de protéger les jeunes filles contraintes au mariage forcé, ou déjà mariées sous la contrainte.
Par ailleurs, l'association met en œuvre des actions d'information, de sensibilisation et de prévention, notamment dans les établissements scolaires. Elle réalise des outils pédagogiques.

Voix de Femmes élabore également des actions au sein du réseau "Agir avec Elles" dont elle est fondatrice :

  • mise en œuvre, en 2009, d'un dispositif d'hébergement sécurisé pour accueillir les jeunes femmes en danger de mariage forcé et de crime d'honneur, et devant être éloignées du Val d'Oise ;
  • projet de création d'une cellule d'alerte, de veille et d'intervention (CAVI) en faveur des jeunes filles en danger – avéré ou risqué – de mariage et d'envoi forcés au pays ;
  • travail sur les moyens de mettre en place des actions de prévention en direction des publics encore très peu ciblés, notamment les familles et les garçons ;
  • travail de recherche mené auprès de l'association par une sociologue de l'Institut national d'études démographiques (INED) dans le cadre d'une mission d'évaluation conduite par l'Assemblée Nationale, au printemps 2009, en vue d'une proposition de loi contre les violences faites aux femmes (déposée le 27 novembre 2009).

L’Association des Femmes Africaines du Val d'Oise (AFAVO)

L'AFAVO, association pour l'accompagnement et la formation des femmes et des familles du Val d'Oise issues de l'immigration, propose un accompagnement social, administratif et juridique pour favoriser l'accès aux droits (logement, santé, éducation, insertion professionnelle) et pour promouvoir la condition féminine. À ce titre, l'AFAVO est particulièrement attentive aux problématiques de la violence conjugale, des mariages forcés, de la polygamie, etc. L'AFAVO organise également des ateliers socioculturels et éducatifs : informatique, soutien scolaire, alphabétisation.

Par ailleurs, l'association a développé, à l'échelon départemental, une activité axée sur la médiation interculturelle et sur l'accès au droit. Ainsi, sept médiatrices interculturelles interviennent auprès du public et des institutions pour faciliter la compréhension mutuelle. Formées par Inter Service Migrants (Interprétariat), elles maîtrisent de nombreuses langues : l'Arabe, le Bambara, le Dioula, l'Egyptien, le Lingala, le Peuhl, le Soninké, le Syrien, le Tamoul, le Wolof, etc. Elles interviennent dans le cadre de permanences et se déplacent auprès des professionnels.