Cergly Pontoise Agglomération

Accueil Projets d'aménagement Nos réalisations Le parc François Mitterand

La rénovation du parc François Mitterrand

Lieu familier pour tous les Cergypontains, le parc François Mitterrand va bénéficier d'une véritable cure de jouvence : une année de travaux, mais sans fermeture complète du parc, et avec la promesse de retrouver un espace réhabilité et transfiguré, tout en restant fidèle à ses origines.

Le 6 août 2012 - Projets d'aménagement

Le parc François Mitterrand aujourd’hui
Antoine DEVOUARD /REA - tel 0609243687

Inauguré il y a quarante ans, le parc François Mitterrand – qui s'appelait alors parc de la préfecture – était à l'époque un espace original et innovant avec ses grands bassins et ses pelouses en accès libre. Mais le temps a fait son œuvre et le parc présente aujourd'hui plusieurs défauts : cheminements dégradés, espaces délaissés (notamment autour des bassins), accès difficiles, choix techniques dépassés (avec des coûts élevés en eau et en énergie), etc.

La rénovation va consister à refaire du parc un équipement phare du Grand Centre, cœur de l'agglomération, en le faisant bénéficier de toutes les innovations et équipements modernes, tout en respectant son esprit d'origine.

Les travaux engagés en juillet 2012 vont durer environ quinze mois, jusqu'à l'automne 2013. Ils se déroulent en trois phases et seule la zone en travaux fera l'objet d'une fermeture provisoire. Ainsi, le parc restera ouvert et les cheminements piétonniers transversaux utilisés par les visiteurs seront accessibles durant toute la durée de la réhabilitation.
Les travaux portent sur l'ensemble du parc, à l'exception des bassins de la préfecture et de la montée vers la dalle. Cette zone devrait être rénovée en 2014-2015, après achèvement de la rénovation de la préfecture.

Une rénovation complète

La rénovation porte sur tous les aspects du parc : les bassins, les espaces naturels, les cheminements, les équipements, etc.

Pour l'eau – élément central du parc –, la rénovation se traduit par une nouvelle conception des bassins. Leur forme très géométrique va être atténuée et, sur une partie de leur pourtour, les bordures actuelles en béton vont être remplacées par des rives en pente douce. Celles-ci accueilleront des plantes aquatiques et la faune qui les accompagne : poissons, oiseaux, libellules, petits batraciens, etc.
Les espaces naturels seront également réhabilités, avec plusieurs types de prairies : gazon, prairie fleurie, prairie de fauche, pelouse rustique, etc. La palette des végétaux présents dans le parc – arbres, arbustes, plantes – sera également diversifiée.

Les cheminements actuels seront réaménagés et rendus accessibles aux personnes handicapées. De nouveaux cheminements seront créés, notamment entre la dalle de la préfecture et le quartier de la Croix Petit ou entre l'Essec et la Croix Petit. Les entrées du parc seront retravaillées afin de l'ouvrir davantage sur les quartiers qui l'environnent. L'éclairage et le mobilier urbain seront rénovés avec, en particulier, de nouveaux bancs, des pontons et des cheminements en bois.

L'aspect convivial et festif du parc sera préservé. Plusieurs placettes seront aménagées afin de faciliter les échanges. Les jeux pour enfants seront modernisés. De même, dès l'achèvement des travaux, les animations, fêtes et arts de la rue retrouveront toute leur place au sein du parc. Et, bien sûr, les pelouses resteront accessibles  !

Enfin, toutes les installations techniques du parc – circuits de l'eau, étanchéité des bassins, électricité, éclairage, etc. – seront remises à niveau, ce qui évitera les déperditions et permettra une gestion plus économique.

Un parc plus durable

Le nouveau parc sera plus respectueux du développement durable. En effet, le système physico-chimique du traitement de l'eau des bassins sera remplacé par un système de filtration naturelle, sur le principe du lagunage. Les plantes aquatiques installées sur les rives filtreront l'eau de manière naturelle. Ce procédé sera complété par le recours à différents procédés biologiques : oxygénation de l'eau (cascades), brassage, filtration mécanique (filtres à sable), etc.
De son côté, la diversification des prairies permettra un entretien plus rationnel et plus économe, grâce a des rythmes de tonte différents : par exemple, douze fois par an pour le gazon intensif, mais seulement trois à cinq fois par an pour les prairies sèches. De plus, environ 70 % des surfaces en herbe seront fauchées et seulement 30 % seront tondues, ce qui réduira également le coût de l'entretien.

Enfin, la mise en place d'espaces boisés plus différenciés, mais aussi l'installation de nichoirs et de refuges (comme des empilements de bûches) permettront aux oiseaux et à de petits animaux (hérissons, par exemple) de s'installer en toute tranquillité.

Une rénovation concertée

Ce projet de réhabilitation, mené par la Communauté d'agglomération avec la collaboration des paysagistes de l'agence Urbicus, a été élaboré en concertation avec le concepteur originel du parc, Alain Provost, les représentants des conseils de quartier limitrophes ainsi que l'ensemble des partenaires fonciers (Préfecture, ESSEC, Chambre des métiers, etc.).

Le coût de l'opération

La réhabilitation du parc - qui couvre une superficie d'environ huit hectares - représente un investissement de 5,1 M €. Son financement, assuré par la Communauté d'agglomération, est subvantionné à 35 % par la région Île-de-France.