Cergly Pontoise Agglomération

Accueil Cergy-Pontoise Grand Centre J'en parle ! La concertation citoyenne : Grand Centre, j'en parle !

La concertation citoyenne : Grand Centre, j’en parle !

Le mois de novembre 2012 a marqué le coup d'envoi du deuxième acte de la concertation sur le projet Grand Centre, qui va remodeler le cœur de l'agglomération à l'horizon 2020. Après cinq mois de débat avec les habitants et usagers du quartier, la concertation s'est terminée le 26 mars par une réunion de restitution. 

Le 25 janvier 2013 - Projets d'aménagement

Grand Centre j'en parle
Grand Centre j'en parle

Toute la concertation "Grand Centre, j'en parle" d'un seul coup d’œil !


Cergy-Pontoise Grand Centre J'en parle : bilan... par Cergy-Pontoise

Pourquoi ?

Un peu d'histoire

Il y a bientôt quarante ans, lors de la création de la Ville nouvelle, le quartier Grand Centre émergeait le premier. Conçu autour de la Préfecture et du centre commercial des Trois Fontaines, il symbolisait alors l'expression de la plus grande modernité en matière de conception urbaine. Mais aujourd'hui, le quartier et son architecture des années 70 vieillissent. Le Grand Centre ne correspond plus aux besoins d’une agglomération de 200 000 habitants. C’est pourquoi, pour repenser ce quartier, la Communauté d’agglomération a organisé un concours auprès de trois grandes équipes d’architectes urbanistes.

Il y a un an, une exposition et plusieurs réunions publiques permettaient aux Cergypontains de découvrir – et de commenter – les propositions des trois architectes urbanistes - Christian Devillers, Antoine Grumbach et François Leclercq – chargés d’imaginer le futur Grand Centre. À partir de ces travaux, le Conseil communautaire et le Conseil municipal de Cergy ont arrêté, au printemps 2012, les lignes directrices du futur projet et retenu l'agence François Leclercq pour le mettre en œuvre. Ces six grands axes stratégiques se résumaient ainsi : affirmer la centralité de l'agglomération, relancer l'immobilier tertiaire et constituer la « ville campus », renforcer l'accessibilité du Grand Centre et de l'agglomération, réaliser un quartier de ville accueillant, dynamique et intense, créer les conditions d'une vie urbaine riche et animée et, enfin, transformer le Grand Centre par les espaces publics et les paysages.

 

Des contributions attendues

Mais après avoir arrêté les orientations stratégiques, il restait à définir les modalités de mise en œuvre de ces différents axes, les projets prioritaires, la forme à leur donner, etc. « Par exemple, quels commerces installer autour de la gare ? Faut-il créer un vrai marché au cœur du Grand Centre ? Comment rendre les espaces publics attractifs ? » explique Delphine Baldé, directrice de projet au cabinet François Leclercq. Autant de questions – parmi bien d'autres – sur lesquelles les contributions des habitants et des usagers du Grand Centre étaient attendues afin d’enrichir le projet final.

Pour qui ?

Tous les Cergypontains et au-delà

Pas question pour l'agglomération d'improviser une concertation à la va-vite. « Nous avons fait le choix d'une concertation approfondie, d'une concertation qui prend son temps et qui permet d'aborder tous les aspects du projet », précise Pierre Ramond, directeur de la stratégie urbaine à la Communauté d'agglomération. Une volonté partagée par la ville de Cergy, concernée au premier chef par le projet Grand Centre. Alexandra Wisniewski, adjointe au maire de Cergy chargée de la démocratie participative et de la vie de quartier, est formelle : « Depuis la création des conseils de quartier en 2001, Cergy a acquis une expérience certaine de la concertation citoyenne. Dès le premier comité de pilotage, la Ville a demandé que le débat soit le plus large possible, qu'il soit ouvert aux habitants du quartier mais aussi à tous les Cergypontains et à toutes les personnes qui viennent chaque jour travailler dans les entreprises ou les services publics du Grand Centre ».

 

L’appui de professionnels

Les principes de la concertation ainsi définis, l'agglomération a choisi, par appel d'offres, l'agence Res publica. Spécialisée dans l'organisation du débat public, cette agence a de nombreuses références à son actif : la communauté urbaine de Bordeaux, la ville de Paris, la région Île-de-France, Rennes Métropole, etc. Après avoir rencontré un échantillon d'acteurs économiques, culturels et sociaux du territoire, Res publica s'est mise au travail, en étroite liaison avec l'agglomération, l’agence François Leclercq et le comité de pilotage de la concertation.

Comment ?

La concertation avait pour objectif d’associer toutes les personnes qui se sentaient concernées par le projet Grand Centre : habitants du quartier, salariés, usagers du centre commercial, étudiants, etc. Afin de mobiliser ce public et de garantir une diversité d’expression, la campagne de communication autour du projet Grand Centre a été complétée par un dispositif de tirage au sort. Ainsi, 10 500 Cergypontains ont été tirés au sort sur les listes électorales et ont reçu un courrier les invitant à participer à la réunion de lancement du 26 novembre 2012.

 

Cabaret, réunions, balades, internet

Pendant près de cinq mois, la concertation a pris des formes multiples, afin que chacun puisse trouver sa place et s’exprimer.

Tout a commencé le 5 novembre 2012, avec la mise en ligne d’une plate-forme de concertation : grandcentre.jenparle.net ; l’occasion de découvrir les premiers thèmes de discussion, d'apporter ses contributions et ses idées, d'échanger avec d'autres internautes et de s'inscrire aux réunions et ateliers.

La réunion de lancement, organisée le 26 novembre 2012 au Théâtre 95, a marqué le début officiel de la concertation. Cette réunion s’est tenue sous la forme du cabaret. « Pour permettre à chacun de s'exprimer  – explique Marie-Catherine Bernard, cofondatrice de Res publica – les participants [étaient] installés par tables de six à huit personnes et, après une présentation, chaque table [a répondu] collectivement aux différentes questions posées, avant d'en débattre tous ensemble ». Cette réunion de lancement a permis de définir les sujets qui ont ensuite été approfondis dans les ateliers thématiques proposés tout au long de la démarche.

Outre ces ateliers « tous publics », des démarches particulières ont été prévues pour permettre à des publics spécifiques de s'exprimer. Un questionnaire à destination des étudiants a été mis en ligne sur la plate-forme grandcentre.jenparle.net. Le 28 janvier, un atelier salariés était réservé aux personnes qui travaillent dans le Grand Centre. Le 4 février, un atelier était destiné aux collégiens et aux lycéens. Sans oublier la « concertation en marchant », une approche originale qui permettait à un groupe, accompagné d'un urbaniste, de visualiser sur site les enjeux et l'impact des projets du Grand Centre et de réagir ainsi « à chaud ».